Let's Get Buzy
les Nouvelles de Let's Get Buzy le Concept Let's Get Buzy LGB Toulouse LGB Paris les bonus Let's Get Bonus le plan du site

Let’s Get Buzy / Sixième Saison, Radio Campus Toulouse, deuxième...

Et là c’est le schéma habituel, elle commence à se rebeller, à rentrer tard le soir, à ne pas respecter les consignes musicales de Radio-Campus, à se maquiller comme une grande et doit user de milles œillades et intrigues pour rester sur les ondes de Radio-Campus la saison suivante, le subterfuge principal étant l’élaboration d’un nouveau concept qu’il ne fallut pas moins de 19 nouveaux jours et nouvelles nuit à nos trois animateurs pour constituer.

Après cette dernière contribution à la survie de l’émission, Maîtresse Sarah quitte le navire et part à la nage vers Paris rejoindre le cimetière des anciens animateurs de LGB.

Nouvelle saison nouveau ton, Kara et Pascal dorénavant se vouvoient à l’antenne. La distance ainsi posée entre les animateurs polisse l’atmosphère, évite aux deux protagonistes de se couper la parole et donne un côté très pro, très commentaire du tour du France.

A l’instar de Prince, ils s’affublent de nouveaux noms d’artistes dans une perpétuelle volonté de casser la machine et de ne pas s’endormir sur les lauriers de la gloire.

Kara avance désormais masqué par l’astucieux pseudo Ami Kara, quand à Pascal, il revêt son habit de lumière pour devenir chaque Mardi Jean-Pierre-Pascal-des-Salenques-le-plus-grand-DJ-du-monde. Les nouvelles rubriques foisonnent.

Le craquage de la semaine est déclaré d’intérêt public -Jean-Jacques Perrey et Iron Maiden n’en demandaient pas tant -, apparaît également un téléscripteur nous tenant perpétuellement à la pointe de l’actualité privée de nos amies les stars, ainsi qu’un courrier des auditeurs tous plus anonymes les uns que les autres puisque Georges W. B., Tarek A. et David G., obscur clubber parisien, nous envoient régulièrement des pamphlets contre le bon goût.

LGB, c’est comme la CIA, on n’en part jamais vraiment.

Au tournant de l’année 2004, Julien revient sur Toulouse et ne reconnaît tout d’abord pas l’émission, émerveillé comme un tonton qui aurait vu sa nièce commencer à faire du vélo sans roulettes et qui découvre une femme quelques années plus tard.

Il peine à trouver ses marques, et essaie d’insuffler un peu de NNP, ce petit frère que LGB venait rejoindre la nuit quand elle avait peur du noir.

La rubrique Antitube est lancée, un honteux prétexte à free jazz, à pop noisy et à Yoko Ono bien sûr qui se devait d’accompagner l’émission partout où elle irait.


12/12/2004

l’Édito

les Niouzes & les Poudcasts

le Buzy concept
< les rapports moraux >
< l’historique >
< les animateurs >

Let’s Get Buzy Toulouse
< les évènements >
< les playlistes >
< les spéciales >
< le mot des animateurs >
< le courrier des auditeurs >
< les cadeaux >
< radio FMR >

Let’s Get Buzy Paris
< les évènements >
< les playlistes >

Let’s Get Bonus
< la galerie >
< la sonothèque >
< les jeux >

la LGB radio blob

les Liens
< musique, groupes ou pas >
< musique, labels ? >
< voisinages radiophoniques >
< du bon sens >

les Témoinages & Forum

radio FMR, la radio de Let's Get Buzy Paris